Suite du récit sur notre périple en Namibie. Après la visite du plateau du Waterberg et quelques jours passé dans le parc d’Etosha, nous prenons la route vers l’ouest, dans la région du Damaraland, une région très isolée, mais également une des plus belles de Namibie. 5 heures de piste devant nous et toujours une chaleur écrasante. On roule plusieurs heures au milieu d’un désert de cailloux, de poussières et d’arbres brûlés par le soleil (la fameuse petrified forest) . Peu à peu le paysage change,  la terre devient plus rouge, des montagnes de pierres ocres se dressent devant nous, d’énormes monticules de cailloux s’élèvent à plusieurs mètres du sol, comme si on les avait posé là car on ne savait pas où les mettre ailleurs. Et toujours ces arbres noirs sans feuilles, aux branches brûlées et squelettiques tendues vers nous, comme s’ils voulaient nous agripper. La route, une immense ligne droite, semble s’étirer à l’infinie au milieu de ce paysage désertique. Le parc d’ Etosha qui nous paraissait aride n’était en fait qu’une mise en jambe. Nous sommes bien contentes d’arriver à destination. Nous allons voir le camping ou nous avons prévu de passer la nuit, perdu au milieu des montagnes. On se rafraîchit en se passant la tête sous l’eau et en mangeant un morceaux, puis nous partons vers le site archéologique de Twifelfontein.

*

Armées de 2 litres deux chacune, 1 litre de crème solaire et 1 turban sur la tête,  nous partons pour la visite du site. Les peintures et gravures rupestres de ce site font partie des plus belles de toutes l’Afrique, on en compte plusieurs centaines, vieille de 3000 à 6000 ans et elles sont encore dans un très bon état. Les bushman s’en servaient à des fins pédagogiques pour enseigner aux plus jeunes comment chasser, où trouver de l’eau, étudier la faune et la flore. Mais elles se méritent car le soleil tape !! (Surtout faites comme nous, ayez la bonne idée de faire la balade à 14h, moment le plus chaud de la journée!). Notre guide est une jeune femme de la région qui nous explique tout en détail. Son anglais est parfait, et elle parle également le Damara Nama avec ses collègues, une drôle de langue qui utilise les « clicks ».

*

La visite se termine et exténuées, nous partons à la recherche d’un lodge pour y squatter la piscine… c’est ainsi que  nous finissons au Twifelfontein Country Lodge, 4 étoiles, rien que ça! Apres un plouf et une bière bien fraîche, nous rentrons dans notre camping, le Aba Huab Camp (c’est le nom d’une rivière, desséchée depuis longtemps) et c’est vraiment notre coup de cœur! Le camping est situé en plein milieu du désert, les emplacements sont des entendue de sable rouge délimités par de grands arbres au tronc déformé par le vent et aux racines tonitruantes. Nous avons une vue magique sur les montagnes du Damaraland sur lesquelles le soleil se couche et nous inonde d’une lumière rouge presque surréaliste. Cerise sur le gâteau, une douche entre 4 palissades en bois avec vue sur les étoiles… une sensation de bien être, de flottement et de grande liberté nous gagne. Nous dormons comme des masses, toutes petites, sous l’œil attentif de ces géants de pierres qui semblent veiller sur nous. Décidément, la Namibie est pleine de merveilles.

*

namibie damaralandnamibie damaraland

namibie damaraland