Nous avons eu la chance de partir pendant plusieurs jour dans la région du Lac Natron située dans la vallée du rift. C’est une région reculée de la Tanzanie et absolument magnifique, en plein cœur du pays Massai.  Le lac Natron est assez difficile d’accès, il faut compter pas mal d’heures de piste en assez mauvais état. Mais une fois arrivé, vous oubliez vite le mal de dos et la poussière. Le lac s’étend au pied d’un volcan encore actif, l’Oldonyo Lengai, que les Masai considèrent comme sacré. Le Lac est situé tout près du rift africain, qui s’étend sur plus de 6000 km.

*

Nous avons d’abord fait 5 heures de route (dont plus de 3 heures de pistes) pour rejoindre le village de Ngaresero au bord du lac Natron.  Après une bière bien mérité dans une petit échoppe locale, nous partons nous promené au bord du lac. Là, nous avons rencontré 3 jeunes filles Masai qui nous ont tenu compagnie toute l’après midi. Elles parlaient parfaitement anglais, swahili et Masai (rien que ça). Nous avons donc pu bien échanger avec elles sur comment est la vie d’une ado massai, leur culture, leur quotidien. Ce fut une rencontre assez exceptionnelle.  Nous avons déjeuner au village, le menu du jour (de tous les jours en fait) haricots rouges, chèvre bouillie et ugali !

*

Après une courte soirée, nous allons nous coucher tôt au Natron river camp. Le lendemain matin nous partons de bonne heure en direction des cascades de Ngarassero pour une baignade rafraichissante. Après un autre déjeuner à base d’haricot, de chèvre bouillie et d’ugali, nous reprenons la route pour 2 heures de pistes pour monter sur le haut du rift… En chemin nous avons prit en stop des Massai qui se rendaient sur le plateau. Ils ne devaient pas voir de « mzungu » trés souvent, la plupart ne parlaient même pas swahili.

*

Nous avons installé notre campement là, juste au bord du rift. J’ai rarement vue un endroit aussi beau de tout ma vie .. Devant nous le mont Lengai et les Gold Mountains qui s’étendent à perte de vue, à notre droite la steppe Massai et à notre gauche le lac natron avec au loin le Kenya.

*


Parfois, je ferme les yeux en y pensant et je m’y téléporte par la pensée. On était là, seuls, heureux et libres d’être au sommet du rift Africain, comme si nous étions sur le toit du monde