bo kaap

BO KAAP – UN QUARTIER HAUT EN COULEURS

Afrique du SudAfriqueTravels

Bo Kaap est réputé pour son coté pittoresque, authentique et pour ses maisons colorés qui redonnent de l’éclat aux jours les plus gris. Bo Kaap c’est un peu le Montmartre de Cape Town. Ce sont les rues pavées qui montent vers Signall Hill. Bo Kaap c’est toutes ces maisons biscornues et multicolores construites les unes sur les autres. Bo Kaap c’est dire bonjour aux voisins, étendre son linge sur les balcons, aller à l’épicier du coin ouvert jusqu’à 22h, c’est regarder les aller et venus des gens quartier dans la rue en contre bas depuis la terrasse. Bo Kaap c’est regarder les pigeons s’envoler, admirer la lenteur du temps qui passe, vivre au rythme des appels à la prière. Bo Kaap, c’est mon quartier.

En venant m’installer à Cape Town, j’ai longtemps réfléchis à « ou je vais habiter » ? Même si Cape Town n’est pas une ville immense, chaque quartier à sa propre identité et pour moi il était important de pourvoir m’y sentir bien tout de suite.

J’ai tout de suite été conquise par Bo Kaap. Est-ce la proximité des habitants du quartier, ou les ruelles pavées qui me rappellent Paris, le chant du muezzin qui me transporte à Zanzibar, le coté pittoresque, les petites maisons cabossées qui semblent avoir tant d’histoires à raconter… un peu de tout ça je crois.

Historiquement Bo Kaap est un quartier très riche et vraiment fascinant. Situé dans le City Bowl (centre) de Cape Town, Bo Kaap signifie « au-dessus de Cap » en Afrikaans. En effet c’est un quartier perché sur les hauteurs de Signal Hill. Bo Kaap est réputé comme étant le quartier musulman car il abrite une forte concentration de Cape Muslims qui sont les descendants de populations originaires de l’actuelle Malaisie, d’Indonésie et d’Inde. Ces populations furent déportées par la Compagnie des Indes Orientales afin de servir de main d’ouvre dans la colonie.

Il y a plusieurs théories sur le pourquoi les maisons sont peintes de couleurs vives. La plus connue est car soit disant, à l’époque de l’esclavage, les habitants de ce quartier avaient interdiction de porter des vêtements de couleurs et devaient être vêtus de blanc. Mais aprés une discussion de plusieurs heures avec un de mes voisins de rues Azzahm (heureux propriétaire d’une maison vert pomme), la véritable histoire est celle ci : pendant l’appartheid les Coloured n’avait pas le droit à la propieté et toutes les maisons de Bo Kapp – alors de couleurs blanc / beige – appartenaient au gouvernement. Peu à peu les habitants ont eu le droit d’obtenir un titre de prorpiété et donc de racheter au gouvernement la maison dans laquelle ils habitaient déjà ! Une fois propriétaire, les habitants ont peint eur maison de couleur, pour ce différencier et montrer qu’ils n’étaient plus locataires!

Allez voici encore une petite anecdote sur le quartier de Bo Kapp : A Bo Kaap se trouve la plus vieille mosquée construite de toute l’Afrique Australe … mythe ou réalité je ne sais pas, mais une chose est sur, c’est que Azzahm lui en est fier !

Pour moi Bo Kaap et le quartier multiculturel par excellence. On y croise une vieille dame voilée sur sa terrasse et 2 mètres plus loin, de jeunes designers sud-africains en plein photoshoot. C’est vivre avec une allemande et un juif israélien à 5 mètre d’une mosquée, c’est avoir pour voisins une famille musulmane et un couple gay. C’est beau Bo Kaap. Beaucoup trop beau. Car l’Afrique du Sud sépare, classe, répertorie et divise les différents communautés. Il y a les blancs anglophones, les blancs Afrikaans, les noirs, les colored, les métisses.. et Bo Kaap c’est un peu le contrepied de tout ça… C’est un début de melting pot. Un tout petit début, timide certes, mais un début quand même.

Si vous connaissez Bo Kaap vous connaissez aussi sa réputation de quartier dangereux. Alors oui c’est vrai, ce n’est pas le quartier le plus sûr de Cape Town. Surtout dans les hauteurs de Bo Kaap les agressions sont nombreuses. On peut s’y méprendre quand on voit toutes ces maisons colorées et les gamins courants et riants dans la rue. Alors on se pose des questions sur ce pays plein de contrastes qui arrive si bien à les cacher. Mais j’ai décidé d’être positive, c’est pourquoi je vois Bo Kaap avec un regard d’espoir.

BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP
BO KAAP